Les mesures prisent par les gouvernements pour protéger la société (utilisateurs)

A-LES FAITS QUI ONT AMENES A CETTE PREVENTION


Le massacre de Newtown (Etats-Unis) en décembre 2012 organisé par Adam Lanza, a, comme pour Columbine en 1999, été assigné aux jeux vidéos comme cause principale, or rien n'a été prouvé et les réactions sur Internet suite à ces accusations ont été particulièrement virulentes. Un article paru sur "Le Point" se nommait "Jeux vidéo, permis de tuer". Cet article explique que la violence de certains jeux vidéos choquait les enfants et pouvait les rendre tout aussi violents, la rédactrice de cet article (Claire GALLOIS) préconisait l'interdiction des jeux vidéos en France tels que Call of Duty, Modern Warfare 3, où vous incarnez un soldat qui passe sa vie à tirer sur tout ce qui bouge. Ce serait, comme à chaque massacre, la cause du traumatisme du meurtrier et ce qui l'aurait poussé à agir.

Il en est de même pour Columbine en 1999, Harris et Klebold étaient deux grands fans de jeux vidéos tels que Doom ou Wolfenstein 3D. On raconterait que la réduction de leur temps de jeu les aurait profondément frustrés et ils auraient répercuté la violence de leurs jeux vidéos dans la vie réelle, ce qui est fortement à nuancer. Ils ont donc décidé d'acheter des armes et de massacrer 12 étudiants ainsi qu'un professeur, blessé 24 étudiants puis se sont donnés la mort par la suite dans l'école secondaire de Columbine.



 

B-LES MESURES PRISENT PAR LES GOUVERNEMENTS POUR PROTEGER LA SOCIETE

 

L’Union Européenne a mis en place un système : PEGI (Pan European Game Information) qui est chargé de recenser tous les jeux vidéos vendus en Europe afin de conseiller les consommateurs. Ils ont instauré des pictogrammes afin de définir l’âge minimal pour pouvoir jouer aux jeux recensés ou encore pour savoir si ces jeux sont violents, grossiers, effrayants, etc…
Aux Etats-Unis, le même système existe, il se nomme l’ESRB (Entertainment Software Rating Board).
Un site français a été conçu afin d'aider les parents dont les enfants éprouvent des problèmes d'addiction. Plutôt bien fait, très détaillé, donnant beaucoup d'informations, ce site est très intéressant, né d’une initiative du Pôle universitaire d’addictologie et psychiatrie du Centre hospitalier universitaire de Nantes dirigé par le Professeur Jean-Luc VENISSE. ( http://www.crje.fr/index.html )

 


C-EST-CE EFFICACE ? COMMENT AMELIORER LA SITUATION ?

 


Les jeux vidéos peuvent parfois pousser certains joueurs à un comportement violent face à la défaite ou juste le fait de trop jouer. Cela ne peut pas être géré par les créateurs et fournisseurs de jeux vidéos car c'est au joueur lui même de se gérer. Certains faits divers prouvent celà comme en Chine dans un cybercafé où un jeune a reçu un coup de couteau dans le crâne par son voisin jouant à côté de lui car il trichait. Des enfants de 5 ans ont attaqué leurs frères et sœurs car ils ne voulaient pas leur prêter le jeu. Un autre, plus âgé d'environ 16, 17 ans a tué ses parents parce qu'ils lui avaient confisqué son jeu préféré (il a même essayé de faire croire que le meurtrier était son père, qui se serait suicidé par la suite).

Afin d'améliorer la situation, il faudrait un contrôle plus assidu des parents d'enfants joueurs, l'industrie du jeu ne peut être blâmée que sur un point, autoriser la vente des jeux vidéos violents aux mineurs, or ces jeunes auront toujours un moyen de se procurer les jeux. Bien sûr, les jeux vidéos deviennent de plus en plus réalistes, certains, de plus en plus violents, mais est-ce vraiment un problème ? Est-ce la faute des producteurs si nous pouvons déplorer tant de catastrophes ou autres massacres ? Ceci est une autre question.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site